Cellule Transition Ecologique   0555937822  Envoyer un mail

Surveillance du moustique tigre en Corrèze : le conseil départemental mobilisé dès 2018

Le département de la Corrèze vient d’être classé au niveau 1 du plan national anti-dissémination des virus du chikungunya, de la dengue et du Zika. Ce niveau signifie que le moustique Aedes albopictus est implanté et actif dans le département. Le moustique tigre peut, dans certaines conditions particulières, être vecteur de ces virus. C’est pourquoi une surveillance renforcée est mise en place du 1er mai au 30 novembre.

L’Agence régionale de santé Nouvelle Aquitaine, Santé publique France, la Préfecture de la Corrèze et le Conseil départemental de la Corrèze poursuivent conjointement la mise en place d’un plan d’actions spécifique. L'ensemble des actions est coordonné par le Préfet. Le Conseil départemental de la Corrèze finance à ce titre 100% de la surveillance et de la lutte contre le moustique tigre dans le département.

Le plan d’actions détaille l’ensemble des mesures permettant de détecter et suivre l’évolution du moustique, mais aussi de mettre en œuvre de manière rapide et coordonnée des mesures de protection des personnes. Ces mesures font l’objet d’un arrêté préfectoral.

  • Des opérations d’information et de sensibilisation : chacun peut, en modifiant son comportement et en adoptant des gestes simples, participer à la lutte contre la prolifération des moustiques.
  • La mise en place d’une veille citoyenne : chaque personne peut signaler la présence du moustique tigre sur www.signalement-moustique.fr
  • Une surveillance entomologique (surveillance des populations de moustiques) par le déploiement de pièges pondoirs permettant de surveiller la progression géographique du moustique dans le département.
  • Une surveillance épidémiologique (surveillance des cas humains) renforcée et une organisation du signalement des cas suspects importés de chikungunya, de dengue et des cas de Zika en lien avec les professionnels de santé.

Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique,
tout moustique n’est pas un moustique tigre.

Comment reconnaître le moustique tigre ?

  • Il est très petit  (plus petite qu’une pièce d’un centime d’euro) ne dépassant pas 1 cm d’envergure.
  • Son corps et ses pates sont zébrés noir et blanc
  • Sa piqûre est douloureuse
  • Il pique durant la journée (ce n’est pas lui qui empêche de dormir)

Ces caractéristiques permettent de ne pas le confondre avec d’autres espèces de moustiques locaux plus ou moins zébrées.
Le moustique tigre est également appelé Aedes albopictus et peut, dans certaines conditions bien particulières, transmettre la dengue, le chikungunya ou le Zika.

moustique tigre
moustique tigre

Gîtes de développement

Le moustique s’adapte rapidement dans un très large éventail d'habitats.

L’espèce est adaptée à l'environnement humain et se développe préférentiellement dans des environnements péri-urbains, ainsi que dans des zones urbaines très denses.

Aedes albopictus a colonisé toutes sortes de récipients et réservoirs artificiels ainsi que des éléments du bâti disponibles en milieu urbain (vases, pots, fûts, bidons, bondes, rigoles, avaloirs pluviaux, gouttières, terrasses sur plots…).

Des gestes simples pour se protéger efficacement et pour éviter la prolifération du moustique

Le moustique tigre se déplace peu (150m2). Celui qui nous pique est né chez nous. C’est donc à chacun d’entre nous d’être vigilant pour détruire les larves.

Les produits anti-moustiques (insecticides et répulsifs) ne permettent pas d’éliminer durablement les moustiques. Il est donc nécessaire de limiter leurs lieux de ponte et de repos.

Pour éliminer les larves de moustiques, il faut :

  • Éliminer les endroits où l’eau peut stagner : petits détritus, encombrants, pneus usagés (vous pouvez les remplir de terre si vous ne voulez pas les jeter), déchets verts.
  • Changer l’eau des plantes et des fleurs une fois par semaine, ou si possible supprimer les soucoupes des pots de fleur, remplacer l’eau des vases par du sable humide.
  • Vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées et nettoyer régulièrement gouttières, regards, caniveaux et drainages.
  • Couvrir les réservoirs d’eau avec un voile moustiquaire ou un simple tissu : bidons d’eau, citernes, bassins.
  • Couvrir les piscines hors d’usage et évacuer l’eau des bâches ou traiter l’eau stagnante (eau de Javel, galet de chlore).


Pour limiter les lieux de repos des moustiques adultes, il faut :

  • débroussailler et tailler les herbes hautes et les haies,
  • élaguer les arbres,
  • ramasser les fruits tombés et les débris végétaux,
  • réduire les sources d’humidité (limiter l’arrosage),
  • entretenir votre jardin.

Ces gestes simples réduisent de 80% le risque de présence du moustique à proximité du domicile, et donc de piqûre.

Se protéger contre les piqûres de moustiques

Le moustique tigre a une activité principalement diurne avec une recrudescence d’activité le matin et en fin de journée. C’est donc dans la journée qu’il faut se protéger.

Aucune mesure n'est efficace à 100% et c'est la somme de mesures individuelles et collectives qui permet progresser.

Pour plus d’informations, vous pouvez demander conseil à votre pharmacien ou à votre médecin.

Le signalement précoce de la présence du moustique sur le territoire permet de déployer les actions de communication autour de la prévention de la prolifération.
Il est donc primordial que la population non encore concernée par la nuisance liée au moustique tigre signale le plus tôt sa présence via le portail www.signalement-moustique.fr.