Conseil général de la Corrèze

Recherche avancée

Exposition 2017

Exposition Masmonteil

Olivier Masmonteil - De Gimel à Ushuaïa

du 17 juin au 1er octobre 2017



Cette année, l'exposition du château de Sédières présente plusieurs centaines d'acryliques sur toiles de petits formats (27 X 35 cm) d’une anthologie du paysages tirée du projet artistique de l'artiste corrézien Quelle que soit la minute du jour, 1000 oeuvres réalisées au cours d’un tour du monde effectué par l'artiste Olivier Masmonteil entre 2007 et 2009.

De grandes oeuvres plus récentes sont présentées en exposition, certains y reconnaîtront des paysages familiers, ceux de la Corrèze (Gimel, Les Monédières, la rivière Vézère…).

Les oeuvres sont prêtées par l'artiste et par des collectionneurs privés.


L'ARTISTE


Originaire de Brive-la-Gaillarde, Olivier MASMONTEIL est né en 1973, ancien élève du lycée d'Arsonval où il a suivi des cours d'Arts Plastiques, et des cours à l’Academie Jacques Gabriel Chevalier de 1989 à 1994 à Brive-la-Gaillarde. Il a ensuite poursuivi ses études à l’École des Beaux-arts de Bordeaux. Aujourd'hui il vit et travaille à Paris.
Il est présent dans les collections publiques de France (FNAC, FRAC Haute-Normandie et FRAC Alsace) ainsi que dans des fondations aussi bien étrangères que françaises (Eileen S. Kaminsky Family Foundation aux USA, Fondation Colas en France, etc).

- Facebook : olivier masmonteil artiste
- Instagram : olivier masmonteil


LE PROJET


Engagé par Olivier Masmonteil entre 2007 et 2009, ce projet a consisté en la réalisation de 1000 tableaux de 27 x 35 cm, représentant des paysages vus aux quatre coins du monde. Pour ce faire, il s’est rendu dans plus de 20 pays sur les 5 continents afin de collecter des moments éphémères, toute une collection d’aubes, de crépuscules, de déserts, de glaciers ou de montagnes. Chaque tableau devient un petit exvoto que l’artiste adresse au spectateur.


"Je garderai en mémoire des horizons infinis dans lesquels plongent des rivières inaccessibles où se sont réfugiés mes peurs et mes fantasmes.
À l’ombre d’un soleil brulant ou dans les bourrasques de vents immaitrisables, je me suis confronté au paysage.
Après l’avoir peint je voulais le vivre. J’ai vu des forêts dont les arbres semblaient pousser d’en haut, des déserts où les mirages remettaient en cause jusqu’à l’existence de ma présence, j’ai entendu les glaciers faire gronder leur ressac, j’ai voulu atteindre des sommets que seuls visitent des nuages chargés de pluies, j’ai vu la Selva me livrer la sensualité de ses nuits chaudes, j’ai pénétré des vallées comme je pensais qu’ils n’en existaient que dans mes rêves, j’ai vu des ciels flamboyants s’effondrer dans des nuits illuminées d’ étoiles."

Olivier MASMONTEIL



De petits formats — 27 × 35 cm —, les mille tableaux de Masmonteil s’offrent à voir comme une collection d’images radieuses — « une collection d’aubes, de crépuscules, de déserts, de glaciers ou de montagnes » écrit l’artiste. Ce sont autant d’éclats du monde dont il ne s’agit pas d’identifier chaque fois l’origine mais qui nous sont offerts à voir dans leur étendue pour prendre la mesure de ce grand tout qu’est l’univers. De ce qui nous fait et nous enveloppe.

De ce à quoi nous appartenons dans cette façon d’« être paysage ». Intitulé « Quelle que soit la minute du jour », cet ensemble unique en son genre qui tient du journal intime permet au peintre de marquer son territoire.
« À la manière d’un entomologiste, Olivier Masmonteil cherche à renouer avec le mythe des grands voyageurs et des grands explorateurs », note Anne Malherbe. De fait, l’accrochage à touche-touche de ses tableaux relève d’une façon d’inventaire et d’anthologie qui doit tant à Borges qu’à Internet. Le caractère profus de cette série, le soin de numérotation de chacune des images peintes, leur nomenclature et leur correspondant photographique soigneusement rangé dans des classeurs participent à en accentuer la référence. S’il y va là d’un soin de catalogage, Masmonteil réclame en revanche que l’accrochage soit fait de façon aléatoire, simplement réglé en fonction ici et là des dominantes chromatiques et de leurs valeurs. Peintre absolument, peu lui chaut la restitution d’une quelconque part de réalité ou de chronologie.

L’ensemble offert au regard des spectateurs n’a d’autre fin que d’exprimer la dimension duelle du paysage, à savoir son intemporalité et son universalité.

Terre du culture

INFOS PRATIQUES :

Jusqu'au 1er octobre
Exposition
Tous les jours
De 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h

Bar/Restaurant
Tous les jours - midi et soir

Parking gratuit


facebook domaine de sédières  #domainedesedieres

Le programme de Sédières pour l'été 2017
Télécharger le programme 2017
Bandeau Corrèze